parlons beaux livres !

lundi, février 27, 2006

je passe beaucoup de temps à regarder de près les couvertures de livres anglophones. elles ne sont pas réglementées dans une grille stricte, un look où seul l'image nous sert d'indice.
les couvertures anglophones, américaines en grande partie, sont très fortement évocatrices d'ambiance et d'atmosphère. les maisons d'édition rivalisent en créativité. les résultats sont souvent riches en images, en jeux graphiques et en typographie. ça bouge, ça nous donne le goût de prendre le livre, d'en lire le résumé, d'en apprendre plus sur cette histoire proposée graphiquement. il n'y a pas que le titre pour nous attirer, il y a tout l'ensemble de la mise en page.
je vous propose un premier site où vous trouverez de très belles pages couvertures récentes. à voir.

un deuxième site pour voir des livres rares incluant une section réservée au design graphique. sur certaines éditions, il nous est possible de voir quelques pages intérieures en plus des pages couvertures.

et finalement, une expo en ligne de 41 livres d'artistes d'une grande qualité graphique réalisés et imprimés par des presses indépendantes. vraiment intéressant, ça aussi. (merci benoit_b pour ce lien !)

la plus belle histoire

vendredi, février 24, 2006

si vous aimez l'émission « découverte » et les faits scientifiques expliqués de manière simple avec un petit clin d'oeil, ces deux livres sont pour vous.

j'ai lu « du fer dans les épinards » en janvier. toutes sortes d'idées reçues vérifiées par des scientifiques. il est comique d'apprendre que la rumeur du fer dans les épinards est due à une coquille, c'est-à-dire une faute de frappe : une virgule à la mauvaise place... est-il vrai qu'il ne faut pas mettre de plantes vertes dans une chambre à coucher ? la soie d'araignée, vous connaissez ? bref, en une série de petits chapitres qui se lisent indépendamment l'un de l'autre. on sort de ce livre plus « intelligent ».

j'ai fait l'achat impulsif de « la plus belle histoire des plantes » l'été dernier. petite plaquette, j'aime les plantes, je vais apprendre des choses, me suis-je dis. je l'avais apporté en vacances. finalement, deux de mes amis l'ont lu avec un pur ravissement. pas moi, j'étais trop occupée à dessiner.
il s'agit d'échanges entre scientifiques et non scientifiques sur l'histoire de la végétation. l'apparition des premières algues, des premières herbes, des premières fougères, etc. comme si on y était. passionnant. déjà que je suis une « pouce vert », désormais je ne regarderai plus jamais les plantes, grandes ou petites de la même façon.

« du fer dans les épinards », jean-françois bouvet, P565
« la plus belle histoire des plantes », quatre auteurs dont jean-marie pelt, P999
collection points (en format poche)

petit tirage électronique = petit prix

mercredi, février 22, 2006
«Tiny Showcase» est un site fondé autour d'une petite communauté d'artistes de Rhode Island. tout ce beau monde est rempli de talent, mais manque de moyen pour diffuser et vendre ses oeuvres. l'aventure a commencé en août 2005.

«Tiny Showcase» a développé la méthode : petit tirage électronique = petit prix.
on peut apprécier plusieurs pièces intéressantes sur le site (voir la section archive)

à chaque achat, il y a remise d'un pourcentage du prix de la vente à un organisme de charité choisi par l'artiste.
c'est un bien beau concept... qui fonctionne bien puisqu'on peut lire «sold out» sous plusieurs dessins.
sur la page d'accueil, vous trouverez la liste de tous les artistes ainsi qu'un lien vers leur site personnel.

des fontes ? oui, mais pourquoi ? pour qui ?

lundi, février 20, 2006
fontshop publie une fois par année un joli petit magazine sur ses fontes. une publication riche coté contenant et contenu (typographiquement parlant).
dans le numéro 004, on peut y voir les esquisses de fontes, des fontes utilisées dans la vraie vie, et l'histoire complète (par une suite de courriels) du choix de la page couverture.

le titre sur cette dernière est « type rock » et au dos « type sucks if you can't read »
selon l'unesco, il y aurait un billion d'analphabètes sur la planète.

alors passer des heures à «gosser» sur un nouvel alphabet... ça semble un peu futile ?
on peut se poser la question... mais est-ce que tout ce que l'on fait a vraiment une importance capitale ?
on peut se poser encore la question.

selon mes observations, la plupart des gens ne portent aucune attention à la typo. pour le non-spécialiste, c'est du pareil au même !

pour ma part, trouver la bonne fonte pour un projet est un travail très important et j'y consacre beaucoup de temps. je peux passer des heures à repasser ma collection de catalogues (je suis incapable d'en jeter un) et de sites internet (incontournable) avant de trouver celle qui va me donner exactement le ton, l'ambiance, la «couleur» recherchée.

pour recevoir 004_font gratuitement, demandez-le sur ce lien.

«creative sparks», le livre

samedi, février 18, 2006
j'ai acheté dernièrement le livre Creative Sparks de jim krauze, publié aux éditions How design books (2003).

jim krause a publié plusieurs livres sous forme d'index : color index, layout index, idea index, etc. je suis peu attirée par ces livres de recettes de design toutes faites. c'est dans le sens inverse de mes propres idées; à savoir que le design, ce n'est pas l'aboutissement de quelques recettes, mais plutôt l'aboutissement graphique d'un message à communiquer.

mais bon, celui-là a attiré mon attention parce qu'il était sur la créativité. alors, j'ai regardé un peu plus en détail. le livre est très beau graphiquement. par contre, je n'aime pas ce petit format à couverture gonflée qui rend sa consultation difficile. il me semble qu'on doit «éventrer» le livre, pour vraiment tout voir.

le contenu du livre est une compilation de choses, divisée en 6 sections : les attitudes, le carnet du designer(notebook), au travail, projets et exercices, concepts et vie pratique.
il y a plusieurs contenus que j'ai déjà vu ailleurs, mais présenté de cette façon, pas vraiment. j'y ai surtout trouvé des idées d'exercices. un joli condensé à mettre en pratique. parce que tout est là, en créativité, il faut pratiquer, pas seulement acheter des livres sur le sujet...
si la chose vous intéresse, bien que détaillé à 36 $, il est un peu moins de 20 $ (cdn) chez amazon.ca

les blogs : hiérarchie d'un nouveau média

jeudi, février 16, 2006
je lis newyork magazine (publication hebdomadaire) plusieurs fois dans l'année. question de savoir ce qu'il s'y passe et parce que j'ai toujours beaucoup aimé cette ville. j'y vais moins souvent qu'avant. mais en lisant ce magazine, j'ai l'impression de ne pas être trop loin.

cette semaine, un dossier complet, historique et mise à jour sur le phénomène blog. je blogue, tu blogues, nous bloguons beaucoup. moi la première. marie chantal a pris quelques mois pour me convaincre et maintenant, j'aime bien y partager mes découvertes.

ceci dit, revenons à cet article de clive thompson. journaliste que j'adore. j'ai lu plusieurs de ses articles dans le (défunt) magazine canadien shift. j'aime beaucoup sa compréhension et sa vision tellement réaliste du monde technologique. ces dossiers sont fouillés, et son point de vue toujours pertinent. je ne peux vous faire un résumé de l'article, parce que je suis un peu en retard dans ma lecture... mais on y parle des liens, comment certains sont arrivés à avoir tant de «clics » sur leur site, et la hiérarchie qui s'organise autour de ce nouveau média.
The Blog etablishment si le sujet vous intéresse...

j'ajoute que ce numéro est particulièrement beau graphiquement. les mises en pages sont intéressantes pratiquement partout, mais dans cet article, remarquez : doubles-pages d'ouverture massif, utilisation d'énormes lettrines à l'intérieure même du texte, les titres des tableaux servent d'encadrés, et et de petits sous textes courent dans les coins de pages. rien de neuf, mais c'est bien fait.
évidemment, la mise en pages n'est disponible que dans la version imprimée...

comment s'assurer un blocage créatif

mercredi, février 15, 2006

le blocage créatif vu autrement. il suffisait d'y penser.
en créativité, un blocage, c'est souvent lorsqu'on croit devoir faire quelque chose (le rationnel) et que notre intuition nous dit de faire autre chose. ça bloque.
j'ai trouvé sur un site une affiche à télécharger avec la rédaction de cinq actions pour ne pas avoir d'idée (en anglais).
1- se comparer aux grands maîtres
2- s'attendre que tout ce que nous ferons sera la pure perfection
3- oublier qu'un studio est un endroit pour étudier
4- se donner le droit de se critiquer de manière tout à fait gratuite et destructrice.
5- et être convaincu que nous devons absolument être géniaux et absolument maintenant.

bref, mettez-vous un maximum de pression et ensuite plaignez-vous un peu...
garanti, ça marche !!!
on peut voir le tout ici.

mon jean dion olympique

vous avez toujours les yeux tournés du côté de turin? pas moi. je n'écoute que très peu la télé et encore moins le sport. alors quand il n'y a quasiment que cela...(pas le câble)
je me tourne vers le journal le devoir pour lire la version olympique de jean dion. juste pour ça, j'ai hâte aux jeux.
sourire assuré sinon éclat de rire. alors, je vous le conseille. tous les jours pendant deux semaines ! un luxe !

pour ajouter un peu d'amour dans le monde...

mardi, février 14, 2006


aimer, admirer, adorer, affectionner, apprécier, avoir à la bonne, avoir besoin de, avoir dans la peau, avoir du goût pour, avoir envie, avoir le béguin, avoir le coup de foudre, avoir un coup de coeur, brûler pour, chérir, demander, désirer, en pincer pour, estimer, être amateur, être amoureux, être attaché à, être coiffé de, être épris, être féru de, être fou de, être porté sur, faire cas, gober, goûter, idolâtrer, mordre, pincer, porter dans son coeur, préférer, prendre plaisir, raffoler, réclamer, roucouler, s'amouracher, s'attacher, s'embéguiner, s'embraser, s'émouvoir, s'enamourer, s'enflammer, s'enticher, s'éprendre, s'intéresser, se complaire, se passionner, se plaire, se toquer, tenir à, tomber amoureux, vénérer, vouloir

bonne journée !
:)

les affiches «hurricane poster project»

samedi, février 11, 2006

tout le monde a les yeux tournés vers turin mais je vous ramène à katrina.
un groupe de graphistes américains a organisé le projet de vendre des affiches afin de ramasser des fonds dédiés à katrina pour la croix rouge. on encourageait graphistes/illustrateurs à utiliser ce médium (l'affiche) pour commenter le climat politique ou social qui a entouré l'évènement et la lente réaction politique...
à cause du petit tirage exigé (de 25 à 100 copies), plusieurs affiches sont réalisées en sérigraphie ce qui nous permet d'apprécier un travail différent : plus de texture, plus d'humanité et moins de «photoshopé apparent» dans les résultats.
une bonne affiche, à mon avis, c'est un concept fort et fort simple. il y en a plusieurs sur ce site.
j'aime beaucoup cette affiche ci-dessous où la position des toits des maisons inondées nous permet de lire «HELP», ou ce mixte de poupée vaudou et de bush qui en dit long sur la culture différente de cette partie des états-unis.
plus de 135 affiches sont proposées, le message va souvent plus loin que le désastre naturel

la facture du site est peut-être légèrement trop forte pour laisser toute la place aux affiches. malgré tout, cliquez pour voir en quantité une belle qualité de propositions.

un petit peu de lecture sur le cerveau

dimanche, février 05, 2006

l'édition du magazine Time du 16 janvier dernier a proposé à ses lecteurs un dossier fort intéressant sur le cerveau. en fait, on y apprend toutes sortes de choses pour en maximiser le fonctionnement. on y parle aussi, évidemment de la créativité. c'est cet aspect qui a d'abord attiré mon attention.
mais le dossier possède plusieurs points de vue, de là, son intérêt.
le premier article nous parle de l'impact d'être multitâche dans notre vie de tous les jours. avec toutes ces nouvelles technologies (téléphones cellulaires, courriels et autre) nous devenons disponibles à tous et chacun. contrairement à ce que l'on pense, en plus d'y perdre beaucoup de temps, on y perd surtout une grande qualité de concentration.
selon l'article, nous sommes «dérangés» environ 2 heures par jour. notre temps de concentration est de 11 minutes avant de chercher un échappatoire (prendre ses courriels ou vérifier si quelqu'un a laissé un message). il en résulte qu'à chaque fois que nous sommes dérangés (ça va prendre une seconde !...) nous prenons 25 minutes pour retrouver le niveau de concentration que nous avions avant l'intervention...
la tendance à se concentrer uniquement sur ce que l'on fait avant de passer au dossier suivant commence à faire son chemin chez plusieurs...
une chose à la fois !
***
on y parle aussi du magnétisme qu'ont les écrans (si petits soient-ils) sur notre cerveau. on a inventé le mot «screen sucking» pour le décrire.
ça me fascine parce que l'autre soir, j'assistais à la conférence de Bruce Mau à McGill. bien qu'assise dans les rangées près de la scène, j'ai été constamment dérangée par les petits écrans de tout le monde : cellulaire, caméra, palm, «name it». je me dis que tous ces gens n'étaient sûrement pas concentrés sur le propos de Mau. dommage, sans compter que ça devait le déranger lui aussi et finalement moi, parce que je m'intéressais à ce qu'il disait. je n'ose même pas imaginer l'impression que j'aurais eu assise vers le fond de la salle...
***
autres bonnes nouvelles : le café est bon pour le cerveau ; on est toujours aussi alerte et intelligent passé 40 ans ; la méditation est bonne pour vous ( ça je le savais déjà...); et qu'il est important de prendre le contrôle de notre monologue intérieur (on se parle à une vitesse de 300 à 1000 mots à la minute) et de le mettre sur un «poste» positif.
:)
***
aussi, un dossier sur le sujet dans l'édition de samedi le 28 janvier du journal le devoir

la responsabilité du designer

mercredi, février 01, 2006
ce projet a quelque chose de fort intéressant. Un designer industriel américain, William Gordon, a décidé d'aller passer quelques mois aux Philippines via un organisme dédié à l'économie du pays. Il a, durant son séjour, fait le design d'environ 175 objets/meubles. une centaine ont été retenus et sont entrés dans le mode «production» (fait à la main par les philippins) dans diverses petites compagnies.
il raconte son périple à l'adresse un peu plus bas. c'est surtout ses réactions qui m'ont touchées. le genre de chose qu'on lit rarement dans le monde du design.
il nous fait réaliser que le design d'un objet est directement relié à son mode de production (ses photos le démontrent bien). donc, le designer est responsable de son objet. lorsqu'il connait la manière avec laquelle les choses se font, il est plus facile d'apporter des changements à son objet qui aura un impact direct sur la vie des gens qui doivent le faire.

quelques extraits :
« What's important to remember though is that designers can affect the lives of the people who produce their products in very positive or very negative ways. That is why it is critical for designers to be involved with the factories that produce their products. I feel now that a designer is as much responsible for this as any other contributor, and should not escape blame when his or her product is made by children or in bad conditions.»

« The fact is, people are still the key to manufacturing in the developing world. The reason we have cheap, high quality goods in our stores is not because of the triumph of computerized manufacturing, but rather because of the rise of the third world worker. As a designer visiting these factories, you quickly realize that the issue of third world manufacturing is much more complicated than you ever thought. »

« The rich cultures, high quality and creative use of materials found throughout Southeast Asia present a unique alternative to the low end, high volume world of Chinese production. »

on peut tout voir ici.
jetez un coup d'oeil sur le diaporama (lien sous les premières photos).
de voir tous ces objets «design» à diverses étapes au grand air, ça dépayse pas mal !
Présenté par Blogger.
haut de la page