Top Social

deux clins d'œil pour un vendredi

|



l'artiste Austen Zombres collectionne toutes sortes d'emballages qu'il classe ensuite par couleur. ce qui lui permet de faire des collages illustratifs très réussis en utilisant ce matériel. on le voit faire le tour des marchands pour ramasser des cartons ici et là. à découvrir. 

 

comme j'ai bien aimé les petits oignons verts, ici, l'artiste ShinYeon Moon fait avec du feutre des petites pousses. elles nous regardent d'un seul œil avec une petite bouche(?). pourtant, on est ici dans l'univers du zine, faites le tour de sa page pour en voir plus.

beaucoup de belles pages à voir

|



«The Art of Wood Type» est une série de 20 cartes postales. les compositions de Jack Stauffacher présentent des lettres superposées, de couleurs différentes, des compositions surprenantes. on peut voir aussi d'autres travaux sur le site du musée de san francisco.


ensuite, allez jeter un œil sur ce magnifique petit livre de 52 pages. imprimé en risographie par hellosunroom, il s'agit d'une succession de belles pages qui sont, en réalité, des restes de zines qui deviennent une publication. tout leur travail est riche à parcourir.


il faut porter attention au fait que les cartes postales de Jack Stauffacher sont faites pour être vues individuellement. la publication de Helo sun room demande plutôt à ce que les pages se parlent et se répondent. des façons de travailler qui sont complètement différentes.

regarder des zines à la grande bibliothèque

|



vous avez nombreuses et nombreux à m'écrire pour me dire que la grande bibliothèque de montréal offrait maintenant des zines dans sa collection. une belle reconnaissance de cette portion de l'édition qui a été trop longtemps dans l'ombre.


la collection offerte sur place est vraiment large et diversifiée. la semaine dernière, j'ai pris un long moment pour les regarder et les consulter. j'en ai choisi pour leur sujet, leur structure, les papiers utilisés et les visuels différents.

 

ce fut un moment très inspirant. un zine est rarement très long à consulter, mais contrairement à une foire où on fait ça un peu vite devant le kiosque, ici, on prend son temps. 

 

voir les créations des autres, ce qu'elles racontent était vraiment intéressant. on ne prend malheureusement pas toujours le temps d'en profiter alors que c'est offert si facilement. 

 

j'ai pris des notes, j'ai vérifié les tirages, 30, 50, 300 ou 500. là, je me suis demandé: est-ce encore un zine à 300 exemplaires? n'est-ce pas plutôt de la micro-édition?


l'important, j'ai passé un bien beau moment en leur compagnie.

multiples variations du livre accordéon

|



la structure du livre accordéon est connue par plusieurs. il y a eu une exposition sur ce thème récemment à la Kalamazoo Book Arts Center Gallery.

 

je vous en parle, parce qu'on peut voir toute l'exposition en ligne avec plusieurs photos pour chaque livre et souvent un lien vers le travail de l'artiste. 

 

je n'aime pas tout, mais il est intéressant de voir la variété des sujets, des techniques et même de la façon de travailler et de développer cette structure. on y trouve de la photo, de l'aquarelle, des gravures, du dessin, du papier tissé, du papier découpé, bref, c'est infini!

deux belles idées

|

Marina Neri fait des collages qui sont souvent comme de petites installations. elle utilise nombre d'images en noir et blanc, sépia, des photos anciennes, du carton ondulé, etc. c'est très poétique. j'aime les compositions complexes et intrigantes. faites le tour de sa page instagram, beaucoup de réalisations.

 

Ryan Gajda est un illustrateur professionnel. je vous présente un exemple où il dessine sur une tache qu'il fait devant nous avant de s'y mettre. il applique une couleur librement, salit un peu avec une brosse à dents et ensuite dessine avec une plume de calligraphie. on peut aimer ou pas le style. ce que je retiens ici, c'est la méthode qui peut aider à surmonter le stress de la page blanche.

dans l'atelier en ce moment

|


je suis à fond dans l'organisation de notre deuxième édition d'imazines à magog le 14 avril prochain. une petite victoire, je suis très contente d'avoir pu mettre en place cette petite foire de zines et d'art imprimé.

 

l'an dernier, nous étions environ 17 exposant.e.s, cette année 26! c'est une rencontre sympathique parce que tous les artistes le sont et les échanges entre les créatives/créatifs et le public sont grandement encouragés. vous pouvez les découvrir ici, je les présente graduellement jusqu'au 14 avril.

 

en lien avec cet événement, j'ai voulu créer deux nouvelles éditions. j'ai imprimé manuellement des morceaux à découper et à coller pour faire une tasse en papier. un retour vers le papertoy en fait. 

 

et puis, depuis longtemps, j'ai voulu travailler le pliage «turkish map». j'ai finalement opté pour une carte du processus créatif dont vous décidez des étapes. ça aussi, imprimé manuellement sur ma petite presse d'atelier. 

 

je vous avertis, toutes les impressions ont des défauts. toutes. faire un tirage à l'identique est tout un art que je n'ai pas. vive le monotype! mais bon, j'en ai tout de même imprimé environ une dizaine de chacun. ils seront disponibles à imazines et sur mon site boutique par la suite.

deux carnets, deux mondes

|



aujourd'hui, des carnets aux univers très différents.

 

dans le cas d'Ed Merlin Murray, ses carnets sont comme des livres pop-up. eh oui, il faut parcourir les pages avec lui pour voir tous les ajouts, volets, découpages qu'il intègre aux pages de ses cahiers. il dessine beaucoup de personnages, ici un volet transforme les yeux et là, change complètement le portrait. c'est assez fascinant de voir toutes ces idées en si peu de pages. faites le tour, tous ses carnets présentent de belles surprises.


chez Lienke Raben, on est dans un cahier plus habituel. ce que j'ai particulièrement aimé est le trait large qu'elle utilise dans ses dessins. pas de détail ici, contrairement à l'artiste précédent. à faire le tour de sa page instagram, on découvre aussi des conceptions typographiques très intéressantes. ici, les couleurs franches sont de mise.

le format des œuvres et Paul Weiner

|

nos créations sont, à mon avis, directement reliées à la place physique qu'offre nos espaces de création, que ce soit la table de cuisine, à l'atelier à la maison ou à l'atelier hors de chez soi grand comme un entrepôt.


quand j'ai vu les œuvres de Paul Weiner, j'ai tout de suite pensé à ça. on entre littéralement dans certains tableaux de cet artiste américain. j'ai trouvé vraiment très intéressante cette courte vidéo où Paul explique sa démarche et travaille aussi devant nous. c'était dans le cadre d'une résidence en allemagne, je crois. 

 

il travaille avec de la peinture et de la poudre de fusain. au sujet de celle-ci, justement, il précise que comme cette matière ne peut être vraiment fixée sur la toile, l'œuvre évolue, vieillie et se transforme.

 

pour en revenir au format des ateliers versus le format de notre travail, en ce moment, je travaille à une participation pour une expo où j'ai demandé de pouvoir faire une installation, justement pour faire plus grand que moi. ça sera tout un défi et je suis très contente de pouvoir le faire. ma tête travaille autrement, c'est ça qui est vraiment stimulant.

un livre d'artiste autrement

|



il y a de multiples façons de faire du livre d'artiste. j'ai découvert un créatif très intéressant dernièrement.


Kadir Çıtak, d'istanbul, propose un mélange de dessins de carnet et d'idées d'impression. son livre «Sketchbook» est une édition limitée de 50 copies seulement. les pages sont imprimées en sérigraphie. on peut voir plusieurs pages du livre ici.

 

on entre ici dans un univers particulier en parcourant les pages. j'aime beaucoup ses dessins complexes et graphiques. un monde à regarder dans le détail. 

 

au niveau de la production, je souligne la belle utilisation des papiers colorés et des dessins superposés par des couleurs différentes. vraiment du très beau travail de création et de production. c'est donc un réel plaisir de voir l'artiste plier ses feuilles, perforer, passer le fil afin que le tout fasse un livre. le «à la main» que j'aime tant et qui rend le livre beaucoup plus chaleureux à mon avis.

livre du mercredi: peau

|

j'ai trouvé la référence de «peau» dans un magazine d'art. je l'ai ensuite commandé à ma bibliothèque. je viens de le recevoir et j'en parcours quelques pages chaque jour pour faire durer le plaisir.


l'histoire m'a tout de suite intrigué: 

«Esther et Rita se rencontrent dans un atelier de dessin. La première, jeune artiste, anime un cours de dessin de nu pour adultes. Rita, plus âgée, mère divorcée, est modèle vivant pour arrondir ses fins de mois.»

 

ce livre de 283 pages est un album qu'on dit graphique (un peu BD, et un peu livre d'art) publié en 2022. les dessins sont de Sabien Clement, une jeune illustratrice flamande et les textes sont de Mieke Versyp. selon la page internet du livre, elles ont écrit aussi des albums jeunesse.

 

on suit cette modèle et cette jeune artiste dans leur vie artistique, mais aussi dans leur vie de tous les jours. on n'affiche pas facilement que l'on pose nue de peur de la réaction autour de soi. c'est le cas ici. on suit leurs réflexions et pensées.


je dessine des modèles vivants depuis des années et je me questionne parfois sur ce métier. qui attire cette occupation pas banale de se mettre à nu devant des gens inconnus qui nous dessinent? 

 

et pourtant, un bon modèle est un réel plaisir pour les artistes. dans le livre, on parle justement des débuts de l'une d'elle et des difficultés des poses à choisir, à prendre, à tenir. vraiment pas évident. elles et ils n'ont pas l'air de nous regarder, mais ces êtres particuliers le font sûrement, que pensent-ils de nous? 

 

vous pouvez même télécharger un large extrait sur le site.