la pile de papiers qu'on n'arrive pas à jeter...

vendredi, juin 30, 2006
quand j'ai le temps de dessiner dix minutes, mais que je n'ai pas la motivation je vais sur le blogue de danny gregory. il dessine tout le temps lui. son quotidien en images et commentaires nous est offert généreusement.
dans sa petite colonne de droite, il a ressorti un «post» (quelqu'un aurait une traduction satisfaisante pour ce mot ?) dans lequel une amie à lui se plaignait de tous ces papiers divers qu'elle gardait pour «un-jour-à-un-moment-donné-quand-j'aurai-le-temps» faire une oeuvre qui vaudrait la peine de déchirer, couper, colorer cette pile de choses si chèrement gardées...
JOIN THE CLUB !
je ne suis pas seule me suis-je dis. et danny de lui répondre que «Is it just there because you collected it, because it seemed interesting or pretty at the time, but has long since lost its significance? »
bonne question !

à droite, sur ma table à dessin, j'ai un tas pas trop classé de choses diverses. certaines sont dans ma vie depuis plus de 20 ans. Dans les cases de l'image ci dessus, j'ai des titres découpés, des papiers achetés quand j'étais au cegep (ça ne me rajeunit pas ça...), des essais de monotype fait à noël 2000 et des images plus récentes, question de renouveler mon stock.

je vous épargne les détails du reste...

je commence mes collages quasiment toujours de cette pile. des fois, j'ai l'impression que c'est un boulet de vouloir à tout pris réutiliser tout ce visuel. et en même temps..., il me semble que c'est rempli de matière à travailler et retravailler sans fin.

2 commentaires:

miss Trop a dit...

en français, on utilise le mot "article" pour post...

Quant à ta pile de découpages, j'en stocke depuis des années, sans arriver à me résoudre à épurer ce stock...
et sans "oser" l'utiliser... quelle est l'utilité de stocker, me diras-tu... un petit côté "rassurant" peut-être ?

Guylaine Couture a dit...

comme le dit danny gregory, : si on ne se sert jamais de l'objet/papier si chèrement conservé, quel est le plaisir ?
je sais bien que l'expectative a son charme...

je crois qu'on a peur de ne pas être, dans le résultat, à la hauteur de l'idéal que nous avons en tête.
ce qui est à l'opposé du processus créatif.

et oublier ce bout collectionné sous une pile de piles, ça me semble bien pire.

Présenté par Blogger.
haut de la page