prise de conscience artistique

vendredi, mars 02, 2007
j'ai eu un semaine assez chargée coté travail mais aussi bien remplie créativement.


le week-end dernier, j'ai suivi l'atelier «dossier d'artiste» offert par les activités culturelles de l'université de montréal. conçu par linda venne, cet atelier a tout du coaching d'artiste, de la grosse poussée en avant et du gros bon sens qui dit : «mettez-y du temps et de l'énergie et il n'y a pas de raison que ça ne marche pas». je suis convaincue, elle a tout à fait raison.

linda venne est bouillante d'énergie et n'accepte aucune défaite. elle est d'une immense compréhension, porte un regard réaliste sur notre cheminement, met à jour des liens et trouve le fil conducteur dans notre travail. cette «lecture» de la production de tous les participants fut des plus intéressantes et formatrices pour tous et chacun.

pour mieux nous faire comprendre l'importance de la démarche, elle a mis à contribution son frère (on est généreux dans la famille !). henri venne est venu nous présenter son travail, nous parler de sa démarche à travers plusieurs années de production, de la transformation de son travail et finalement de la réalité du milieu artistique et des galeries de montréal.
très éclairant.

mercredi soir dernier, j'ai assisté à la conférence de jérôme fortin au musée des beaux-arts de montréal. très intéressant ça aussi. il nous a présenté sa démarche : des cabinets de curiosités aux «écrans» présentés au musée d'art contemporain en ce moment.

suite à toutes ces présentations de démarches, je me suis bien aperçue que c'était le chaînon manquant de mon travail artistique. c'est ma grosse prise de conscience des derniers jours. pour dessiner depuis toujours, je réalise que je ne me suis jamais questionné sur la raison d'être de mes collages, livres et dessins. linda venne et les participants de l'atelier m'ont fourni des pistes de réflexion et il me faut maintenant prendre du temps pour mijoter tout ça.

ça explique, en fait, pourquoi j'ai l'impression de faire le même collage depuis des années...

2 commentaires:

m-c a dit...

je me méfie tjrs unpeu des documents de 10 pages expliquant tout le 'meaning' derrière la création.... Si la démarche artistique t'es claire, alors oui, documente, mais sinon, je trouve souvent que ca revient à mettre des mots juste pour mettre des mots... Je crois que les bonnes pièces parlent d'elles même, et qu'en quelques lignes on peut plutôt offrir une piste, et non pas essayer de tout dévoiler (les humains aiment bcp analyser!).

Bravo et bonne suite :)

Guylaine Couture a dit...

en fait, c'est plutôt l'étape de réflexion que je ne fais pas suffisament. je crois que ça me permettrait d'avancer, de rendre mon travail plus intéressant.
pour ce qui est des démarches écrites, c'est comme le reste, il faut trouver les bons mots pour ne pas parler la langue de bois. expliquer, fournir des pistes. je prends exemple sur les spectacles de danse que je vais voir. il est intéressant de savoir quelle était la réflexion de départ. j'apprécie le spectacle de toute façon, mais un peu plus quand j'en connais les intentions.

Présenté par Blogger.
haut de la page