l'horizon réduit d'un iphone ou l'équivalent

dimanche, janvier 20, 2013

j'ai ce sujet qui me trotte dans la tête depuis un moment déjà: le fin des regards dans la vie courante. tout le monde regarde son petit écran. tout le monde semble prioriser ce qui s'y passe plutôt que de vivre le moment présent. j'observe. les gens qui regardent leur écran ne dégagent pas la même énergie que ceux qui lisent un livre ou le journal. suis-je la seule à le voir? est-ce seulement ma mauvaise perception?

je suis fatiguée d'être ralenti par quelqu'un qui marche et qui texte en même temps, sans tenir compte des autres, des gens qui te rentrent dedans parce qu'ils regardent leurs écrans, etc.

le journaliste du devoir fabien deglise a bien résumé ça dans une chronique en décembre dernier
«Intelligent (comme dans système intelligent ou téléphone intelligent): La technologie fait muter bien des choses, y compris le mot intelligent qui, en 2012, a de moins en moins qualifié la capacité humaine à connaître et à comprendre, mais plutôt son aptitude à faire n’importe quoi en essayant de se convaincre du contraire. Cette nouvelle conception de l’intelligence fait qu’aujourd’hui il est possible d’être physiquement à un endroit, mais mentalement absent, la faute à un texto, une app ou un compte Facebook. On appelle ça la «zombiquité», d’ailleurs. Avec cette intelligence, on n’assiste d’ailleurs plus à un spectacle, puisqu’on a désormais l’obligation sociale de le raconter, de le médiatiser en temps réel, afin de nourrir notre existence numérique. C’est elle aussi qui nous fait envoyer un texto à quelqu’un qui est physiquement au même endroit que nous. La lumière de cette intelligence sortant d’un écran et à laquelle on s’expose de plus en plus avant de se coucher fait grimper le taux d’insomnie en Amérique du Nord, et du coup son corollaire: l’irritabilité du lendemain.»

la zombiquité, voilà le sujet de mon prochain livre. je jongle à ça en images et en mots...

3 commentaires:

A bird in the hand a dit...

Non, vous n'etes pas la seule a le voir. On dirait une drogue qui cree une dependance....

vieuxbandit a dit...

Non, pas seule. Et j'ai eu la même idée que A bird in the hand cette semaine; j'ai tweeté quelque chose comme "En arrêtant de fumer la cigarette j'ai compris qu'on ne peut pas parler à un toxicomane de sa substance, parce que c'est l'accoutumance qui répond." J'ai ajouté le nombre de résultats, dans google, pour "amsrtphone addiction". Personne a réagi.

Y a le regard qui n'est plus. Mais l'écoute aussi est disparue. Au point où y a des gens que je ne veux plus ici, parce qu'ils ont beau être dans ma cuisine, leur essence est concentrée dans leur machine.

mme tods a dit...

relever la tête, regarder, écouter, ressentir, échanger sans intermédiaire, sans appli, sans écran... et se sentir tout simplement vivant. merci pour ce rappel à l'ordre...indispensable, je dirais même vital !
à bientôt

Présenté par Blogger.
haut de la page